A propos de l’IRF

Guérison et réconciliation dirigées par les autochtones pour les communautés et les familles

A propos de l’IRF

Un engagement catholique envers la guérison et la réconciliation

Le Fonds de réconciliation avec les autochtones (IRF) est un organisme de bienfaisance sans lien de dépendance enregistré sans but lucratif constitué en société au niveau fédéral dont le propre conseil d’administration et les membres indépendants sont composés de dirigeants autochtones et non autochtones. L’organisme de bienfaisance a été enregistré en mars 2022 et sa première réunion du conseil d’administration a eu lieu en juin 2022. Au cours de la première année de fonctionnement de l’IRF, le Conseil a approuvé 18 projets. En date d’aujourd’hui, l’IRF a approuvé 89 projets à travers le Canada.

Les réunions du Conseil d’administration de l’IRF ont lieu tous les mois et sont programmées le deuxième jeudi de chaque mois. Les demandes de proposition, aux fins d’examen, doivent être soumises au début de chaque mois. Les diocèses et leurs partenaires autochtones discernent les besoins et les possibilités de réconciliation autochtones locaux et présentent une demande de financement directement au IRF.

Conseil d’administration et membres du Fonds de réconciliation avec les autochtones

Le conseil d’administration de l’IRF est composé des administrateurs et membres suivants

Rosella Kinoshameg

Presidente du conseil d’administration

Rosella est une femme d’Odawa/Ojibway et une survivante des pensionnats indiens du territoire de la Première Nation non cédée de Wikwemikong, avec plus de 50 ans d’expérience en soins infirmiers, travaillant principalement avec les communautés des Premières Nations sur les soins de santé communautaires.

Elle est titulaire d’un doctorat honorifique en lettres sacrées du Collège Regis de l’Université de Toronto. En avril 2023, elle a reçu le Prix Magis.

Giselle Marion

Directrice

Giselle est une citoyenne Tlicho, née et élevée à Behchokǫ̀, dans les Territoires du Nord-Ouest. Elle est directrice des services à la clientèle du gouvernement Tlicho, qui représente le peuple Déné des NT.

Elle est titulaire d’un diplôme en droit de l’Université de la Colombie-Britannique.

L’honorable Graydon Nicholas

Directeur

Graydon a une longue histoire de travail pour la justice pour les Premières Nations et d’autres personnes. Il a été le premier Autochtone du Canada Atlantique à obtenir un diplôme en droit, le premier juge Autochtone au Nouveau-Brunswick et a été lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick de 2009 à 2014, également une première pour un Autochtone.

Il est actuellement Chancelier de l’Université St. Thomas, où il est titulaire de la chaire d’études Autochtones.

William Angalik

Directeur

William Angalik est un éducateur autochtone d’Arviat, au Nunavut, qui enseigne les technologies de l’information et des communications en inuktitut et en anglais.

Ordonné en janvier 2023, il est diacre de l’église St. Theresa et a contribué activement aux initiatives autochtones au cours de son mandat de trois ans au Conseil autochtone catholique canadien. William est actuellement membre du Comité du Fonds de réconciliation diocésain pour le diocèse de Churchill-Baie d’Hudson, au Nunavut.

Dennis Whitford

Directeur

Dennis Whitford, qui est d’origine Métis et qui a reçu le nom de Two Thunder Caller par un aîné de la Confédération des Pieds-Noirs, apporte une riche expérience et son dévouement au conseil d’administration du Fonds de réconciliation autochtone. Après une carrière de 27 ans au gouvernement de l’Alberta, Services à l’enfance et à la famille, il est actuellement propriétaire de 2Thunder Consulting.

Dennis est titulaire d’une maîtrise en travail social de l’Université de Calgary et est un travailleur social avec l’Ordre des travailleurs sociaux de l’Alberta.

Membres

Nat Gallo

Membre – Ancien directeur supreme des chevaliers de colomb

Barbara Dowding

Membre – Ancienne presidente national, CWL, Canada

Omar Ellis

Membre – Vice-Président justice sociale – La société du conseil national de saint vincent de paul

Son Exc. Mgr Christian Riesbeck

Évêque de liaison entre le FRA et la C.E.C.C.

Notre Logo

L’histoire de notre marque + conception du logo

Le logo du Fonds de Réconciliation avec les Autochtones a été créé par Shaun Vincent, un graphiste Métis de Winnipeg, pour la visite papale au Canada en 2022.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui a inspiré le design, Vincent a déclaré qu’il pensait à la famille et aux amis, aux traditions et aux enseignements et au tambour du grand-père qui donne du rythme à la danse, à des cercles de perles fleuries et à un cercle de bras tendus tout en chantant la gorge sous le soleil. Dans un cercle, tous sont égaux, tous sont visibles.

Vincent s’est ensuite tourné vers les animaux qui ont du symbolisme dans de nombreuses Nations Autochtones:

  • l’aigle, qui représente un lien avec le Créateur;
  • le bison, qui symbolisait le soutien et la force d’un troupeau;
  • les caribous, qui se préservent sur des terres dures pour trouver ce dont ils ont besoin pour survivre;
  • l’omble chevalier et le saumon, qui représentent la subsistance et la force de grandes migrations.

Il a choisi la couleur bleue pour apporter la nature apaisante de l’eau et de l’air.

La conception de Vincent, qui a été approuvée par un comité qui comprenait des Aînés et des survivants des pensionnats indiens, porte un message d’espoir et d’unité pendant une période de réconciliation et de guérison historiques.

Les informations fournies ci-dessus sont un résumé basé sur un article et une interview avec Shaun Vincent publiés par CBC en 2022. L’article original peut être consulté à l’adresse suivante:

https://www.cbc.ca/news/indigenous/metis-manitoba-logo-design-papal-visit-1.6507044.

La Formation des Diocèses et du Comité Régional de Réconciliation

Les diocèses peuvent choisir de créer leur propre comité (ou de tirer parti de leur propre comité d’action de réconciliation existant, cercle de discernement ou groupe de travail) ou de se joindre à d’autres diocèses pour créer un comité régional de réconciliation.

Les comités peuvent faire des recommandations ou des demandes d’octroi à l’IRF jusqu’à un maximum du montant que leur diocèse a contribué au Fonds. Les comités sont chargés de consulter les dirigeants, les groupes et les organismes Autochtones locaux afin de trouver des bénéficiaires potentiels.

Les recommandations et les demandes de subvention au Fonds doivent être faites avec la participation des Autochtones en fonction d’une évaluation de leur mérite et de leur valeur locale conformément aux critères généraux et aux lignes directrices pour l’octroi et dans les limites du budget de chaque diocèse ou région.

Les comités de réconciliation diocésains/régionaux peuvent demander l’appui d’autres comités pour les demandes de subvention qui ont un impact au-delà de leur diocèse / région ou qui dépassent le budget du comité.

Le rôle du Comité est essentiel au succès du Fonds de Réconciliation avec les Autochtones en veillant à ce que les demandes de subvention au Fonds soient conformes aux critères généraux et aux lignes directrices du Fonds pour l’octroi et à ce que ces subventions accordées par le Fonds aient le maximum d’impact positif dans leur diocèse ou leur région.

On s’attend à ce que les comités existent pendant une durée pouvant aller jusqu’à 7 ans ou jusqu’à ce que tous les fonds versés par le diocèse ou la région locale aient été accordés par le Fonds.