Guérison et réconciliation pour les communautés et les familles

Marcher dans deux mondes – La guérison par des ateliers culturels

La Direction des services à l’enfance, à la famille et à la communauté (CFCS) des Services sociaux catholiques (CSS) offre un soutien et un logement aux Jeunes à risque élevé qui ont été victimes de traumatismes et de mauvais traitements, ainsi qu’un refuge pour les femmes et les enfants vulnérables qui fuient la violence familiale.

La majorité de leurs clients sont des Autochtones, qui signalent souvent une déconnexion de leur spiritualité et de leur culture en raison d’expériences traumatisantes passées.

La CSS prévoit élargir son programme pour les Jeunes et les Femmes Autochtones afin d’avoir un impact plus durable. L’organisation organisera plusieurs ateliers couvrant un éventail de sujets, de la préparation au Pow-Wow à l’apprentissage des médicaments, à la fabrication de tambours et aux leçons de langue crie. Grâce à l’expertise des Connecteurs culturels de CC et aux idées d’experts sur chaque sujet, ces événements seront guidés par les Aînés ou offerts en collaboration avec d’autres organismes de soutien Autochtones.

Le financement du Fonds de réconciliation Autochtone (IRF) couvrira les dépenses liées aux ateliers, y compris les honoraires des Aînés et des enseignants, le matériel, les fournitures d’artisanat et les déjeuners des participants.

L’objectif principal de ces ateliers est d’aider les participants à naviguer dans la complexité de la « marche dans deux mondes ». En établissant des liens avec leurs racines et en comprenant leur identité Autochtone, les participants peuvent puiser dans leur force intérieure les aidant à travailler et à guérir des traumatismes passés. Les ateliers visent également à favoriser une communauté de soutien pour aider les participants dans la prochaine étape de leur vie.

Les programmes du CFCS s’adressent aux clients qui ont subi des traumatismes et des mauvais traitements, y compris les Jeunes ayant une déficience intellectuelle, ceux qui font face à des pannes de placement nécessitant un logement temporaire et d’autres qui travaillent à la transition vers leur famille.

Archidiocèse d’Edmonton